top of page
Rechercher

Découvrez comment votre tour de taille peut impacter votre santé …


D’après les chiffres de l’enquête ObÉpi 2020 sortis en Février 2023, 47,3% des adultes en France sont soit en surpoids, soit obèses. Il s’agit donc de près d’un adulte sur 2 … Au delà des soucis d’image de soi associés au surpoids, c’est clairement un problème majeur de santé publique.



L’IMC (Indice de Masse Corporel), une donnée insuffisante


L’IMC (poids/taille²) a pendant longtemps été l’outil standard pour évaluer si le poids présentait un risque pour la santé. On parle de surpoids quand l’IMC est compris entre 25 et 29 et d’obésité quand il est égal ou supérieur à 30. Néanmoins, l'utilisation de l’IMC présente des limites. Il ne permet pas d'estimer la quantité de masse grasse présente dans votre corps, ni sa répartition dans l'ensemble de votre corps, ces deux éléments étant pourtant essentiels pour évaluer votre état de santé.



Comment évaluer la masse grasse ?


Le surpoids peut être classé en 2 catégories en fonction de la répartition de la masse grasse. Il s’agit de la forme que prend le corps en accumulant la masse grasse : l’obésité gynoïde et l’obésité androïde.

On parle de surpoids gynoïde car il est caractérisé chez la femme par l’accumulation de graisse sous la ceinture, dans les cuisses, les hanches et les fesses. Cette répartition de graisse chez la femme est physiologique et sert à constituer des réserves caloriques en prévision d'une grossesse et d'un allaitement. La femme a un tiers d’adipocytes en plus que l’homme, leur multiplication et leur remplissage d’acides gras est dépendant de l’imprégnation par les oestrogènes. L'obésité gynoïde, sous forme de « poire » augmente les risques de douleurs articulaires et de troubles de la circulation.

On parle de surpoids androïde pour la graisse qui s’accumule au dessus de la ceinture, qui augmente le tour de taille et qui se dépose aussi – parfois de manière nettement perceptible de l’extérieur dans la cavité abdominale, autour des viscères. L’obésité androïde, sous forme de « pomme », augmente les risques de diabète, maladies cardiovasculaires et stéatose hépatique.

Vous l’aurez compris, la plus dangereuse est la masse grasse abdominale que l’on trouve dans l’obésité androïde.



Comment évaluer vos risques ?


Il est important de calculer son rapport taille-hanche (RTH), vous pouvez le faire avec un mètre-ruban. Prenez votre tour de taille le plus petit et votre tour de hanches le plus large, divisez le premier par le second, vous avez ainsi votre RTH.

Un RTH normal chez la femme est compris entre 0.65 et 0.85. Au-delà de 0.85, on parle alors de surpoids androïde ou mixte chez la femme avec augmentation des risques de diabète et maladies cardiovasculaires.

Un RTH normal chez l’homme est compris entre 0.85 et 1. Au-delà de 1, les risques pour la santé sont très élevés.



Pourquoi la masse grasse abdominale est-elle facteur de maladies graves comme le diabète ?


La présence de masse grasse abdominale est à prendre très au sérieux, elle est nuisible pour la santé car elle libère des substances pro-inflammatoires qui favorisent le développement de plusieurs maladies chroniques telles que le diabète ou les maladies cardiovasculaires. Cette graisse est plus dynamique que celle qui reste dans le tissu sous-cutané. Le tissu adipeux viscéral est situé près de la veine porte qui transporte le sang de l'intestin au foie, ce qui augmente la quantité d'acides gras qui atteignent le foie. Cette situation peut créer un cercle vicieux : un excès de graisse viscérale peut conduire à une augmentation des graisses dans le corps en général… L’autre problème est que ces acides gras en excès vont se transformer en triglycérides dans le foie, ces triglycérides en excès interfèrent avec le bon fonctionnement des récepteurs à l’insuline qui deviennent de moins en moins sensibles à l’insuline, ce qui augmente le risque de diabète.



Votre rapport taille-hanche (RTH) est élevé ?


Consulter un(e) nutrithérapeute membre de l’Union Des Nutrithérapeutes Francophones (U.D.N.F.) vous offre une garantie quant au professionnalisme et au sérieux de ses membres. Tous les membres de l’U.D.N.F. sont certifiés et ont l’obligation de suivre une formation continue.

En nutrithérapie, notre démarche est centrée sur les causes de votre surpoids, il ne s’agit surtout pas de vous imposer un régime restrictif qui vous fera au final prendre … du gras ! Ce sujet sera abordé dans un prochain post.



Références :

C.F.N.A. Module Nutrithérapie du surpoids, du diabète et du sport.

Comentarios


bottom of page